samedi 22 novembre 2014

Dans ce labyrinthe où mes pensées s'étaient perdues, je n'avais pour tout repère qu'un seul point, une statue immense, surélevée, d'un homme qui me regardait d'un air sévère, et quel que soit le point où mon corps et mes pensées m'entraînaient, il était là, il m'attendait, ainsi je tentai de l'ignorer, de marcher, sans prendre garde au colosse, de chercher ma sortie, et tandis que j'errais, mes idées aussi, se perdaient, j'en étais à me demander si j'étais bien là, s'il était bien réel, cet univers, et si je n'étais pas en tra d'y rêver, à ce labyrinthe, je me demandais lequel, de mes pensées et de mon corps, étaient le plus réel, mais quand le doute devenait trop fort, quand je sentais mon esprit s'enfoncer plus loin dans les méandres de ce labyrinthe, je pensais à une chose, à une seule chose, et c'était l'image de cette fille, et tout d'un coup, je comprenais, que j'étais là, que c'était la seule chose qui m'importât, qu'elle était mon colosse, mon unique point de repère, que quoi que je dise, quoi que je fasse, il n'importait que son visage, la couleur de ses yeux, la cambrure de ses reins. 

J'étais sorti du labyrinthe.

mercredi 7 mai 2014


Des heures de doute,
Des questionnements,
Le regard perdu dans le vide -
Et une page pas tout à fait blanche

Chercher
Ressentir à nouveau
Comme si c’était la première fois
Comme si les histoires des autres étaient les miennes

Il me faut penser à elle
Faire ressortir les vieux démons des ténèbres
Mes vieilles amours,
Les faire vivre comme la première fois

Je cherche
Mes peurs
Mes amours
Mes regrets
Mes fiertés
Mes oublis
Mes joies
Mes visages

Mes histoires

vendredi 1 février 2013

Ombres - Partie II/II




Avec, comme toujours, un peu de musique pour aller avec.


Le garçon n’a pas la moindre idée de ce que cette silhouette pourrait lui faire. Va-t-elle essayer de le tuer ? De l’enlever ? Ou simplement veut-elle l’aider ? L’enfant n’a aucun moyen de le savoir. Le calcul de survie est le plus fort, et le garçon choisit la fuite.
Il réfléchit à toute vitesse sur ce qu’il sait de ces apparitions. Leur manière d’apparaître, de disparaître… Bien que n’en ayant jamais touché, il suppose que les hommes-ombres ont la même consistance que des humains – ou qu’ils peuvent choisir de l’avoir.
Si ils avaient le pouvoir de traverser les murs, on ne les verrait jamais appuyés contre quoi que ce soit, ni même marcher, mais plutôt comme une flamme, toujours légèrement en l’air, jamais complètement appuyée contre une paroi, comme elle l’était il y a quelques instants.

Il tombe de son perchoir, sur le côté de la carriole, en plein milieu de la route. Le cavalier qui le suit, heureusement, le voit à temps et dévie sa route, manquant de heurter au passage un groupe de piétons, lesquels vocifèrent contre ce cavalier maladroit.
C’est juste assez pour attirer l’attention du garde, qui repère instantanément le garçon encore au sol. Il se met à sa poursuite, sans prendre garde à l’apparition, qui suit de près, derrière lui. Il ne la remarque pas. Personne ne les remarque jamais. Sauf l’enfant.

Est-ce donc pour cela que ces choses le poursuivent ? A-t-il un pouvoir occulte qui doit être détruit?

L’enfant manque d’entrer en collision avec un piéton, et se reconcentre donc sur son objectif : échapper à l’apparition, et, par la même occasion, au garde qui le poursuit. Passer entre deux étals. Tourner à droite. Se glisser derrière une tenture. Prendre une rue parallèle.

Erreur. Grave erreur. La rue n’est qu’une courte impasse, et déjà le garde apparaît dans l’entrée, sa silhouette se détachant dans la lumière. Il pose ses paumes sur ses genoux, à bout de souffle.
Le garçon profite de ces quelques secondes pour regarder autour de lui, et entreprend d’escalader une façade, mais le garde l’attrape prestement par le pied, et le ramène à lui.

Il a l’air soulagé de le retrouver.
-          Assez couru, halète-t-il. Ta fugue est terminée, je te ramène auprès de…
Il ne finit pas sa phrase. L’homme-ombre est apparue derrière lui, et plaque sa main contre sa bouche. D’un autre, il saisit un poignard et le plante dans le ventre du garde, qui s’effondre lentement au sol.

L’enfant est tétanisé de peur.
Il laisse filer sa dernière chance de fuir. Pour la première fois de sa vie, la peur l’emporte sur sa détermination, et il reste là, bras ballants. Il a tout le temps de regarder l’agonie du garde, un poignard planté jusqu’à la garde dans le ventre. Ce n’est pas une lame exotique, qui aurait pu appartenir à la silhouette. C’est une dague tout à fait classique, comme les courtisans méfiants en glissent souvent sous leur toge. Une dague tout à fait classique, comme il en a une, en permanence, cachée sous son propre oreiller.

Sur le moment, le lien, pourtant évident, lui échappe.

La lance que tient le garde tombe enfin au sol, signe que ses dernières forces viennent de le déserter. L’apparition laisse là le corps sans vie, saisit la lance. De sa poche, elle tire un tube en verre, qu’elle débouche, et en tire un mouchoir. Une odeur caractéristique s’élève dans l’impasse, celle de la gangrène, qu’il connaît pour l’avoir sentie sur les plaies des soldats rentrant du combat.  C’est la promesse d’une mort lente et douloureuse.
L’homme-ombre frotte la lame de la lance avec le mouchoir, puis le replace soigneusement dans son conteneur. La silhouette fait alors un pas en avant, la pointe dirigée vers le garçon. Celui-ci n’a plus nulle part où fuir.

L’attaque ne dure qu’un instant, dans un mouvement vif de la lance.
La lame vient taillader le cou de l’enfant, au côté droit. Le sang coule avec abondance, et vient maculer la tunique du garçon. Il s’effondre, et sa vue se trouble, mais arrive à rester péniblement conscient, juste assez pour savoir exactement ce qui va se passer : Il ne mourra pas, en tout cas pas tout de suite, pas avant qu’un passant ne s’aventure dans l’impasse et trouve la scène du drame, et que l’enfant soit accusé à tort du meurtre du garde. Ensuite le poison pourra l’achever.

De nouvelles formes surgissent soudain, elles saisissent l’homme-ombre qui l’a attaqué. Une clé de bras, et l’homme se voit projeté au sol. A cet instant, l’enfant n’est plus sûr de rien, et sa vue sur la scène est bloquée par une silhouette qui apparaît. Celle-ci semble bienveillante. Elle applique un produit, qui dégage une forte odeur d’alcool. Puis un nouveau produit, totalement inconnu, celui-ci.
A mesure que la douleur reflue, l’enfant se laisse aller.
Celui qui le soigne retire son masque, et l’enfant voit enfin quel visage se cache derrière. Le visage d’un humain, qui saisit la tête du garçon, l’obligeant à le regarder en face. Il lui parle dans sa langue maternelle.
-          Reste avec nous, tout ira bien !
Sa voix est inquiète. Le garçon ferme doucement les yeux.
-          Parle-moi ! Dis-moi quelque chose. Ton nom.
L’enfant balbutie.
-          Alexandre, fils de Philippe II de Macédoine.

Juste à côté, une silhouette murmure dans une langue que l’enfant ne connaît pas :
-          Cette ordure a eu la main lourde. Il n’a pas seulement essayé de l’empoisonner, il a bien failli le tuer sur le coup.
Autour du garçon, les nouveaux hommes-ombres s’affairent. Un d’entre eux s’approche et plante un objet dans le bras du garçon, qui lui fait comme l’effet d’un coup de foudre s’abattant sur son crâne.

-          Ça y est. Il revient, dit l’homme-ombre. Mon garçon, regarde-moi. Tu ne peux parler de ceci à personne. De toutes façons, personne ne te croira. Nous emportons le garde, personne ne saura ce qui est advenu de lui. Quant à celui qui t’a attaqué, il ne te fera plus jamais de mal. Je t’en fais la promesse.
-          Qui êtes-vous ?
La silhouette semble peser ses mots. Au bout d’un temps d’hésitation, elle répond :
-          Nous venons de loin. De plus loin que tu ne peux l’imaginer.
-          J’ai une dette d’honneur envers vous.
L’enfant est inhabituellement solennel.
-          Ne t’inquiète pas pour ça, le rassure l’homme-ombre.
-          Un jour viendra où je paierai ma dette envers vous. Même si je dois voyager jusqu’aux confins du monde pour vous retrouver.
L’homme-ombre soupire, comme résigné.
-          Tu risques de chercher longtemps.

Zone Temporelle Sécurisée : Royaume de Macédoine, Terre, 346 av. JC.
Affaire classée.